samedi 2 septembre 2006

Parkinson : le rôle des pesticides reconnu .

Parkinson : le rôle des pesticides reconnu .
Publie le 27 septembre 2006-Actualise le 27 septembre 2006 : 07h21Le Figaro
Selon une etude menee en 2006 a Harvard, l'exposition aux pesticides augmente le risque de Parkinson de 70%.
POUR la premiere fois en France, la maladie de Parkinson a ete reconnue «maladie professionnelle» par le tribunal des affaires de securite sociale de Bourges pour un ancien ouvrier agricole. L'affaire devrait avoir des consequences majeures en imposant desormais la mise en oeuvre de mesures de protections lors du maniement des pesticides. C'est en effet en arguant du lien recemment decouvert entre l'exposition aux pesticides et la maladie de Parkinson, que cet homme d'une cinquantaine d'annees, atteint depuis 1997, a pu aboutir a cette reconnaissance. En 2002, apres s'etre longuement documente, ce patient qui a travaille toute sa vie en milieu agricole decide de consulter un avocat, persuade que les pesticides manies pendant des annees pouvaient etre a l'origine de son mal. «Avant d'aller devant le tribunal, nous sommes passes devant le comite regional de reconnaissances des maladies professionnelles a Orleans qui a refuse la demande», raconte son avocat, Me Bertrand Couderc (Bourges). En juillet 2005, le tribunal des affaires sociales de Bourges demande l'arbitrage au comite regional des maladies professionnelles de Clermont-Ferrand, qui repond favorablement en mai 2006. Le tribunal de Bourges accepte alors rapidement de qualifier la maladie de Parkinson du plaignant comme maladie professionnelle. Le resultat n'a ete divulgue que la semaine derniere, le plaignant et son avocat preferant s'assurer avant que la Mutualite sociale agricole ne fasse appel. Certitudes C'est a la fin des annees 1990, que les premieres etudes ont indique un lien possible entre utilisation de pesticides et maladie de Parkinson. Mais une, voire deux etudes n'emportent pas l'adhesion en epidemiologie. Des travaux multiples et concordants sont necessaires pour qu'un lien solide entre un facteur de risque et une pathologie soit etabli. «C'est en lisant dans le Quotidien du Medecin en 2004 un article relatant la remise du prix Epidaure au docteur Alexis Elbaz, pour ses travaux sur la relation entre Parkinson et pesticides, que nous nous sommes sentis confortes», raconte l'avocat. Ces travaux menes en France sur 247 malades ont revele une correlation positive forte entre les pesticides et cette maladie, avec une augmentation du risque en fonction du nombre d'annees d'exposition. Depuis, d'autres etudes ont renforce les certitudes. Ainsi, en juin 2006, l'equipe d'Alberto Ascherio de l'ecole de sante publique de Harvard a conclu, sur 143 325 personnes, que l'exposition aux pesticides augmentait le risque de Parkinson de 70%. Ainsi, selon ce travail publie dans Annals of Neurology, 5% des personnes exposees aux pesticides risqueraient d'avoir un Parkinson, contre 3% pour la population generale. Predisposition genetique Neanmoins, les pesticides a eux seuls sont loin d'expliquer la genese de la maladie. «Il faut etre tres prudent, assure le professeur Yves Agid, chef de service de neurologie, hôpital Pitie-Salpetriere. L'expression d'une maladie est souvent liee a des facteurs genetiques modules par l'environnement. Il est fort probable que les pesticides jouent un rôle chez des personnes deja predisposees genetiquement.» La federation CFE-CGC de la chimie a indique, lundi dernier, redouter que cette decision de reconnaître la maladie de Parkinson comme maladie professionnelle «ne jette une ombre sur les industries de protection des cultures». Cette federation a decide d'attirer «l'attention des employeurs sur les attitudes preventives a faire adopter aux salaries en cas de manipulation des pesticides».
Retrouvez le MDRGF sur son site internet : WWW.MDRGF.ORG

1 commentaire: